Qui sommes nous ?


Archevêché des Eglises de Tradition Russe en Europe Occidentale

La paroisse Saint Hilaire à Poitiers appartient à l'Archevêché des Eglises de Tradition Russe en Europe Occidentale, exarchat du Patriarcat Oecuménique de Contantinople.

L'Exarchat est placé sous l'omophore de Monseigneur Jean de Chariopolis

 

Pour connaître la vie, l'histoire de l'Archevêché, suivre ce lien:

 

http://www.exarchat.eu/

1. Présence de l'Orthodoxie en France

Ce n'est qu'à l'époque moderne que des communautés issues de pays de tradition orthodoxe s'établissent en Europe occidentale. En 1816, une paroisse russe est instituée à Paris, et en 1820 la première paroisse grecque en France est fondée à Marseille. Léglise Sainte-Alexandra à Nice devient la première église russe érigée en France en 1860, suivie en 1861 de l'église russe Saint-Alexandre-de-la-Néva (12 rue Daru) et l'église grecque Saint-Étienne à Paris, en 1895.
Avec la Première guerre mondiale et les grands événements politiques et sociaux qui en résultent en Russie et en Turquie, ce sont les arrivées massives d'immigrants et de réfugiés qui ont alimenté les communautés orthodoxes, et à partir de 1920, c'est l'arrivée de réfugiés russes fuyant la révolution bolchevique. À ces communautés se sont ajoutés des Bulgares, des Serbes et des Roumains, surtout après la Deuxième guerre mondiale, et des Arabes chrétiens, dont le nombre en Occident a considérablement augmenté suite aux conflits au Liban. Le premier évêque orthodoxe à résider en Europe occidentale fut le Métropolite Euloge, exarque du Patriarcat de Moscou installé a Paris en 1923. Sous son omophore, la communauté russe s'est caractérisée par une activité intense dans plusieurs domaines : les arts et les publications, l'entraide, les associations culturelles et sociales, la théologie, l'iconographie et la musique sacrée.
De la même manière, les autres communautés (Roumaines, Serbes, Grecques…) furent placées sous l'autorité de leurs évêques respectifs. Les paroisses, monastères et centres orthodoxes en Europe occidentale se regroupent en diocèses selon leurs origines ou les circonstances de leur fondation et dépendent de leurs patriarcats respectifs. La concertation formelle entre les différentes juridictions orthodoxes représentées en France remonte à 1939. Un comité permanent inter-orthodoxe a été fondé en 1943 et en 1967 est créé le Comité inter-épiscopal orthodoxe, devenu l'Assemblée des évêques orthodoxes de France en 1997, présidée par Monseigneur Jérémie jusqu'en 2002. Instance réelle de concertation, de coordination et de communication, l'Assemblée des évêques orthodoxes, présidée par le représentant du Patriarche œcuménique en France, regroupe les évêques orthodoxes canoniques résidant en France. Parmi ces juridictions représentées à l'Assemblée des Evêques, il faut citer l'Archevêché des Eglises Russes en Europe Occidentale, fondé en 1931 et regroupant la majeure partie de l'immigration Russe qui, suite aux pressions subies par le Patriarcat de Moscou sous le pouvoir Bolchevique, demanda son rattachement canonique au Patriarcat de Constantinople, dont il dépend toujours.

2. Une Eglise orthodoxe à Poitiers

La communauté orthodoxe Saint-Hilaire de Poitiers a pris naissance au cours des années 1990, grâce à la volonté de ses fondateurs, des chrétiens orthodoxes installés à Poitiers, et d'origine diverses : Français, Roumains, Libanais, Grecs, Serbes, Russes…
La présence à l'Université de Poitiers du Père Michel Evdokimov, professeur de Littérature comparée, fut l'occasion de commencer peu à peu la vie liturgique, avec la célébration d'un office de vêpres une fois par mois. Une première liturgie fut célébrée en 1993 dans l'Eglise St-Hilaire-Entre-les-Eglises, liturgie célébrée en français, langue choisie comme étant celle du lieu et comprise par tous. A la même époque, une Association culturelle fut créée, ayant pour but d'assurer la célébration du culte orthodoxe en Poitou-Charente . Elle prit le nom d'Association culturelle Orthodoxe Saint-Hilaire de Poitiers. Le Père Michel Evdokimov, ayant lui-même une paroisse près de Paris, confia la responsabilité de la paroisse au Père Philippe Maillard, récemment arrivé dans la région.
La communauté s'agrandissant, la recherche d'un lieu de culte devint peu à peu une priorité, malgré l'accueil fraternel de l'Eglise Catholique en différents lieux de la ville (Saint Hilaire entre les Eglises, Marie Reine des Cœurs, la Maison Diocésaine, Collège Saint Stanislas).
Fin de l'année 2000, Monseigneur Albert Rouet, Archevêque de Poitiers, fait part au Père Philippe Maillard de la possibilité d'obtenir la chapelle Saint Joseph, avenue de la Libération à Poitiers, lui-même ne souhaitant pas reprendre ce lieu de culte. Le 5 octobre 2001, nous avons déposé à la Préfecture de Poitiers, les statuts de l'Association Cultuelle Orthodoxe La Trinité Saint Hilaire (LOI DE 1905).

3. Paroisse Orthodoxe La Trinité Saint Hilaire de Poitiers : vie et perspective.

Comme le notifie l'article 4 de ses statuts : L'Association a pour but d'assurer, dans sa circonscription : l'exercice du culte orthodoxe selon les Saints Canons de l'Église ; l'acquisition, location, administration et entretien des biens, meubles et immeubles nécessaires à l'exercice de ce culte ;la catéchèse et l'information religieuse ; toutes les actions en vue de conserver, protéger, gérer et développer le patrimoine cultuel, spirituel et matériel de la communauté. Dans cet esprit, nous avons commencé la célébration régulière des offices, tout en mettant la chapelle en conformité avec les exigences d'un lieu destiné au public : électricité, chauffage, toilettes, sécurité. Il est dans notre volonté de nous inscrire dans la vie spirituelle, sociale et culturelle de la ville de Poitiers. Cela se traduit par les projets suivants :

)

  • décoration intérieure (en accord avec le patrimoine local)
  • expositions d'art sacré : la paroisse a parmi ses membres une iconographe animant l'Atelier d'Iconographie Sainte Théodora (Azay le Brûlé dans les Deux Sèvres), ayant entre autre exposé sur Poitiers à plusieurs reprises, dernièrement à la Chapelle Henri IV à l'occasion de l'exposition Voie Publique.
  • échanges œcuméniques et groupes de réflexion
  • aide à l'intégration des personnes d'origine étrangère
  • visite des malades, des prisonniers
Aujourd'hui, notre paroisse est composée de Français de souche, de personnes immigrées depuis plusieurs générations et enfin des immigrés récemment arrivés, et souvent totalement démunis. Nous recevons aussi un certain nombre d'étudiants Roumains, en stages à l'Université de Poitiers, ou dans d'autres Ecoles.
Le Conseil Paroissial