Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe Occidentale

Exarchat du Patriarcat Œcuménique

Nouvelles pages: Evangile de la Passion et Icônes et DIAPORAMA

Icône de la Mère de Dieu, de Kazan
Icône de la Mère de Dieu, de Kazan

Mercredi 29 mars 2017

à 18h

 

Complies et Canon de Saint André de Crête

 

 

Vendredi 31 mars 2017 à 18h:

Chant de l'Acathisme à la Mère de Dieu

 

 

Les fils de Zébédée. Cathédrale de Chartres
Les fils de Zébédée. Cathédrale de Chartres

Dimanche 2 avril 2017

 

 

Dimanche de Sainte Marie l'Egyptienne, 5°dimanche de carême

 

 La demande des fils de Zébédée

 

 

 

Samedi: Office des Vigiles à 18h

 

Dimanche: Liturgie à 10h30

 

Liturgie selon Saint Basile le Grand

 

 

 

 

 

 Évangile de la Liturgie ( Saint Marc X, 32-45)   

Marc 10 
32 Ils étaient en route, montant à Jérusalem ; et Jésus marchait devant eux, et ils étaient dans la stupeur, et ceux qui suivaient étaient effrayés. Prenant de nouveau les Douze avec lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver :
33 « Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens,
34 ils le bafoueront, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et après trois jours il ressuscitera. »
35 Jacques et Jean, les fils de Zébédée, avancent vers lui et lui disent : « Maître, nous voulons que tu fasses pour nous ce que nous allons te demander. »
36 Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » -
37 « Accorde-nous, lui dirent-ils, de siéger, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ta gloire. »
38 Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire et être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? »
39 Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez, et le baptême dont je vais être baptisé, vous en serez baptisés ;
40 quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder, mais c'est pour ceux à qui cela a été destiné. »
41 Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s'indigner contre Jacques et Jean.
42 Les ayant appelés près de lui, Jésus leur dit : « Vous savez que ceux qu'on regarde comme les chefs des nations dominent sur elles en maîtres et que les grands leur font sentir leur pouvoir.
43 Il ne doit pas en être ainsi parmi vous : au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur,
44 et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l'esclave de tous.
45 Aussi bien, le Fils de l'homme lui-même n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude. »
Par anonimus — http://artclassic.edu.ru/catalog.asp?cat_ob_no=12519&ob_no=15659, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4269214
Par anonimus — http://artclassic.edu.ru/catalog.asp?cat_ob_no=12519&ob_no=15659, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4269214

Saint Jean Climaque

La Prière de Saint Jean Climaque « Mon Dieu, je place en Vous seul toutes mes espérances » : 

« Mon Dieu, je fais semblant de rien voir sur cette terre, sauf à être si fermement uni à Vous par la prière que d'être séparé de Vous peut-être impossible ; laisser aux autres le désir des richesses et de la gloire ; pour ma part, je désire qu'une chose, et c'est, d'être inséparablement unie à Vous, et à placer en Vous seul toutes mes espérances de bonheur et de repos. Ainsi soit-il. » 
« Ne jugez pas ! » de Saint Jean Climaque :

« Ne perds pas de vue ceci, et tu veilleras très soigneusement à ne pas juger un pécheur : Judas était du nombre des Apôtres, et le larron du nombre des assassins. Mais quel changement étonnant en un instant ! J'ai connu un homme qui avait péché à la vue de tous, mais s'en était repenti en secret. Et celui que je condamnais comme luxurieux était chaste aux yeux de Dieu, car il l'avait apaisé par une conversion véritable. Le feu est contraire à l'eau ; de même juger les autres est étranger à celui qui veut faire pénitence. Quand tu verras quelqu'un commettre le péché à l'instant de sa mort, même alors ne le juge pas, car le jugement de Dieu est impénétrable pour l'homme. Si cette parole est vraie - et elle l'est certainement - : « Du jugement dont vous jugez on vous jugera » (Mt 7, 2), alors tout péché, soit de l'âme, soit du corps, dont nous accuserons notre prochain, nous y tomberons nous-mêmes. Les démons nous contraignent soit à pécher, soit, si nous ne péchons pas, à juger ceux qui pèchent, afin de souiller notre innocence par ce jugement. Juger les autres, c'est ne pas avoir honte d'usurper une prérogative divine ; les condamner, c'est ruiner notre propre âme ». 

Saint Jean Climaque Extrait du 10ième degré de l'Échelle Sainte 

Portes Saintes de la chapelle Saint Hilaire de Poitiers
Portes Saintes de la chapelle Saint Hilaire de Poitiers

FÊTE DE L'ANNONCIATION

 

 

 

ÉVANGILE
(Luc 1, 24-38)

Quelque temps après, sa femme Élisabeth conçut, et elle se tenait cachée cinq mois durant. « Voilà donc, disait-elle, ce qu'a fait pour moi le Seigneur, au temps où il lui a plu d'enlever mon opprobre parmi les hommes ! »   Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l'ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin. » Mais Marie dit à l'ange : « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; car rien n'est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur ; qu'il m'advienne selon ta parole ! » Et l'ange la quitta.

  

PRIERE DE SAINT EPHREM LE SYRIEN

 

Seigneur et Maître de ma vie,
l’esprit d’oisiveté, de découragement,
de domination et de vaines paroles,
éloigne de moi.
L’esprit d’intégrité, d’humilité,
de patience et de charité,
accorde à ton serviteur.
Oui, Seigneur et Roi,
donne-moi de voir mes fautes
et de ne pas juger mon frère,
car tu es béni aux siècles des siècles. Amen.

Catéchèse : le jeûne pour la Bible et l’Eglise (d’après P. Placide, Humilier son âme par le jeûne, monastère Saint-Antoine-le-Grand, 2007) .

1) Le jeûne, dans l’Ancien Testament, est surtout un rite pénitentiel, en relation avec l’Alliance, envers laquelle le péché est une infidélité, et qui est restaurée par le repentir. Accompagné des manifestations traditionnelles du deuil, il apparaît dans la Bible comme l’expression d’une profond repentir, tel celui manifesté par Achab sous les reproches d’Elie : « Quand Achab entendit ces paroles, il déchira ses vêtements, mit un sac à même sa chair, jeûne, coucha avec le sac et marcha à pas lents » (1Rois 21, 27 ; cf. Sam.7, 6 ; Joël, 1, 13-15).

2) Le jeûne est étroitement lié à l’idée de supplication. L’Israélite pieux ne concevait pas une prière instante sans le soutien du jeûne (cf. Judith, 4, 9-13). Le peuple ou l’Israélite fidèle implore la délivrance d’une épreuve à caractère de châtiment... Mais, plus largement, il s’agit « d’humilier son âme » pour exprimer une attitude d’abandon total et confiant ; le jeûne est « le comportement typique de quiconque ne compte plus que sur le seul secours de Dieu » (Regamey, Redécouverte du jeûne, Paris, 1959). Le jeûne peut ainsi devenir le signe d’une intercession instante pour autrui (Ps.35, 13). Le croyant jeûne pour les autres, pour le monde.

3) le jeûne joue à la fois le rôle d’une intercession pour l’homme ou le peuple pécheur, et celui d’une préparation à la rencontre de Dieu. Pour exprimer son respect envers autrui, l’homme accepte de se gêner, de renoncer à ses aises et à ses plaisirs ; à plus forte raison, la crainte qui saisit la créature à l’approche de la majesté du Seigneur peut-elle inspirer des comportements analogues où le jeûne a sa place, à côté de l’enlèvement des sandales, du voile sur le visage, de l’abstinence sexuelle, de l’interdiction de toucher le lieu sacré ou d’en approcher. Ce sont des comportements symboliques en face de la sainteté divine chez celui qui a le sens de l’unité profonde de  son être humain, corps et âme, et le sens de la sainteté et de la transcendance de Dieu.

4) les prophètes d’Israël, contre le formalisme et l’hypocrisie, et sans condamner le culte en lui-même, ont fortement souligné la nécessité d’accompagner les sacrifices et les jeûnes de dispositions intérieures correspondantes, sans négliger d’accomplir les préceptes plus essentiels de l’amour du prochain et de la justice sociale (Os.6, 6 ; Is.58, 6-7). « La prière est bonne avec le jeûne, et l’aumône vaut mieux que l’or et les trésors » (Tobie, 12, 8). Ainsi se trouve constituée la trilogie, jeûne, prière, aumône, dont héritera la tradition chrétienne.

 

5) Dans l’Eglise, le jeûne a un sens nouveau par rapport à la personne de Jésus et au don de l’Esprit : préparation à la joie pascale, conversion, participation à la Pâque du Christ, manifestation de l’amour de Dieu...



Si vous voulez tout connaitre sur l'histoire de la chapelle et la maison des petites sœurs des pauvres, cliquez ICI