Saint Grégoire I° Le Grand auteur présumé de la Liturgie des présanctifiés
Saint Grégoire I° Le Grand auteur présumé de la Liturgie des présanctifiés

 

 

 

LITURGIES DES SAINTS DONS PRESANCTIFIES LES MERCREDIS 3, 10, 17 ET 24 AVRIL A 18 HEURES

VIGILES LE SAMEDI 13 AVRIL A 18H

PAS DE LITURGIE LE DIMANCHE 14 AVRIL 2024 DÛE A LA FERMETURE DE L'AVENUE POUR MARATHON

(Merci à la Mairie qui doit penser que l'on se rend à l'Eglise uniquement à pied, sachant que les fidèles viennent de Niort, Saint Maixent, Melle, Chatellerault, Pleumartin...)

2024 წლის 14 აპრილს კვირას არ იქნება ლიტურგია მარათონისთვის გამზირის დაკეტვის გამო
 

В ВОСКРЕСЕНЬЕ 14 АПРЕЛЯ 2024 Г. НЕТ ЛИТУРГИИ В СВЯЗИ С ЗАКРЫТИЕМ ПРОВЕЛА ДЛЯ МАРАФОНА

 

DIMANCHE 21 AVRIL 2024

 

5° DIMANCHE DU GRAND CARÊME

DE SAINTE MARIE L'EGYPTIENNE

 

(TON 5 - MARC X, 32 - 45)  

LITURGIE DE SAINT BASILE A 10H30

 

 

SAMEDI 20 AVRIL

VIGILES A 18H

 CALENDRIER DES OFFICES

 MOIS D'AVRIL.

♦ Mercredi 3 Avril : Saint Nicétasl le Confesseur (824).A 18 heures, Liturgie des Saints Dons Présanctifiés.

♦ Samedi 6 Avril : Saint Eutichès Patriarche de Constantinople (582). Vigiles.

♦ Dimanche 7 Avril : 3° Dimanche du Grand Carême : de La Sainte Croix. Divine Liturgie et agapes fraternelles.

♦ Mercredi 10 Avril : Saint Térence et ses compagnons, martyrs à Carthage

18 H : Liturgie des Saints Dons Présanctifiés.

♦ Samedi 13 Avril : Saint Martin, Pape de Rome, Confesseur (655).Vigiles.

♦ Dimanche 14 Avril : PAS DE LITURGIE

♦ Mercredi 17 Avril : Saint Siméon, Evêque de Perse, martyr (341). A 18 heures, Liturgie des Saints Dons Présanctifiés.

♦ Vendredi 19 Avril : À 18 Heures : Office de l'Acathiste à La Très Sainte Mère de Dieu.

♦ Samedi 20 Avril : Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (50). Vigiles.

♦ Dimanche 21 Avril : 5° Dimanche du Grand Carême. De Sainte Marie L’Egyptienne. Divine Liturgie.

♦ Mercredi 24 Avril : Sainte Elisabeth d'Héraclée, thaumaturge (VI). A 18 heures :

Liturgie des Saints Dons Présanctifiés.

♦ Vendredi 26 Avril : Fin de la Sainte Quarantaine.

♦ Samedi 27 Avril : à 18 heures : Vigiles des Rameaux.

♦ Dimanche 28 Avril : Dimanche des Rameaux. Entrée de Notre Seigneur à Jérusalem. A 10 heures, Bénédiction des Rameaux suivie de la Divine Liturgie.

 

GRANDE ET SAINTE SEMAINE DE LA PASSION.

♦ Mercredi 1 Mai : Grand Mercredi Saint : à 18 heures, Office de l'Huile Sainte.

♦ Jeudi 2 Mai : Grand Jeudi Saint :

Le Matin à 10 heures : Vêpres et Divine Liturgie de la Commémoration de la Sainte Cène.

Le Soir à 18 heures : Matines du Vendredi Saint : les 12 Evangiles de la Passion.

♦ Vendredi 3 Mai : Grand Vendredi Saint :

A 18 heures Vêpres de la mise au Tombeau et Vénération de l'Epitaphios, suivies des Matines du Samedi Saint.

♦ Samedi 4 Mai : Grand Samedi Saint :

A partir de 21 Heures : célébration de la NUIT DE LA RESURRECTION :

Office de Minuit, Matines de Pâques, Divine Liturgie de la Résurrection, suivie

D’agapes fraternelles.

 Samedi 11 et Dimanche 12 Mai : Il n'y a pas de célébrations à la Paroisse.

♦ Samedi 18 Mai : Saint Pierre et ses compagnons, martyrs à Athènes (IV)Vigiles.

♦ Dimanche 19 Mai : 30 Dimanche après Pâques. Des Myrophores et du Juste Joseph d'Arimathie. Divine Liturgie.

♦ Samedi 25 Mai : Saint Jean Baptiste 30 Invention du chef (850) : Vigiles.

♦ Dimanche 26 Mai Dimanche après Pâques. Du Paralytique ; Divine Liturgie

Communiqué du Conseil de l’Archevêché du 3 avril 2024

« A PROPOS DE LA DECLARATION DU 25e CONGRES MONDIAL DU PEUPLE RUSSE « PRESENT ET AVENIR DU MONDE RUSSE », dont les travaux ont été rendus publics le 27 mars 2024.

Le Conseil de l’« Archevêché des églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale » souhaite rappeler que sa référence à la tradition russe fait écho en premier lieu aux circonstances et conditions précises de son avènement : la révolution russe, l’instauration d’un régime athée, l’émigration importante qui en est résultée en Europe occidentale et plus particulièrement en FranceEn second lieu, lhéritage de la tradition spirituelle orthodoxe russe, telle que régénérée notamment par le Concile de Moscou (1917-1918) (préoccupation pastorale, accueil des migrants) et mission sur la terre d’accueil, ont conduit tout naturellement l’Archevêché à constituer un espace ecclésial privilégié de témoignages et de mission « ici et maintenant ».

A la faveur de la « renaissance » théologique et spirituelle russe, de la liturgie et l’ecclésiologie orthodoxes initiées par l’Institut de théologie Saint-Serge fondé par le métropolite Euloge, l’Archevêché a favorisé une ouverture et un accueil bienveillants, qui expliquent aujourd’hui la dimension européenne de l’Archevêché, sa pluriethnicité et son plurilinguisme liturgique. C’est par ce témoignage ouvert et unifiant, porté par le testament spirituel du métropolite Euloge : « La liberté d’esprit dans l’Église est sacrée», que de nombreux membres de l’Archevêché, clercs et laïcs, ont largement contribué, avec d’autres, à la rencontre avec les orthodoxes d’autres origines nationales et juridictionnelles. Ainsi, tout en maintenant son attention pour les fidèles issus des premières émigrations et leurs descendants, l’Archevêché a également développé son attention pastorale auprès de ceux, autochtones occidentaux, qui rejoignent localement la confession orthodoxe. 

La fidélité vivante et créatrice à la tradition russe, qui est une fidélité aux apports spirituels et théologiques portant en particulier sur la connaissance de Dieu, la portée eschatologique de l’Incarnation, la divino-humanité envisagée comme réconciliation et restauration de la ressemblance, est avant tout un témoignage de la foi orthodoxe ici et maintenant, dans ce monde « afin que le monde croie ». 

Dans cette perspective, comme il n’y a en Christ ni Juif ni Grec, (Galates III-28), il n’y a ni Russe, ni Ukrainien, ni Moldave, Français, Allemand, Polonais, Italien, Américain… il n’y a ni Occident ni Orient, il n’y a pas de peuple russe transfrontière. Il n’y a de peuple rédempteur que celui de tous les baptisés, qui constitue « un sacerdoce royal, une nation sainte », l’Eglise.

La parole de l’Eglise n’est pas une parole de culture, de gestion sociale ou démographique, de régulation ethnique, de programme géopolitique.

Elle est celle de la Bonne Nouvelle : « De toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit (la paix : « soyez les artisans de paix », l’unité : « soyez un », l’amour : « aimez-vous les uns les autres »). Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ».
(Mat XXVIII-20).

 Site de la Chronique du Sycomore