Bonne et Sainte Fête de la Résurrection du Sauveur

 

Chers Pères, chers frères et sœurs,

En cette fête de la Résurrection du Christ Sauveur je partage avec vous cette joie pleine de lumière et vous dis :

Χριστóς α̉νέστη ! Христос Воскресе ! Le Christ est ressuscité !Christ is risen ! Christus resurrecxit ! Cristo è risorto ! Christus ist auferstanden ! Hristos a înviat ! Христос воскрес ! Kristus är uppstånden ! Christus is opgestaan ! Kristus er oppstanden ! ¡Cristo ha resucitado !

 

BONNES PÂQUES À VOUS TOUS

Paris, le 8 avril 2018

 

+ Archevêque JEAN de Charioupolis, Exarque du Patriarche œcuménique


 

 Dimanche 29 avril 2018

4° après Pâques

Du Paralytique

 

LITURGIE à 10h30

et mini catéchèse enfants avant homélie

 

 

 

Agapes 

Vigiles le samedi 28 avril à 18h

Jean 5  1. Après cela, il y eut une fête des Juifs et Jésus monta à Jérusalem.

2. Or il existe à Jérusalem, près de la Probatique, une piscine qui s'appelle en hébreu Bethesda et qui a cinq portiques.

3. Sous ces portiques gisaient une multitude d'infirmes, aveugles, boiteux, impotents, qui attendaient le bouillonnement de l'eau.

4. Car l'ange du Seigneur descendait par moments dans la piscine et agitait l'eau ; le premier alors à y entrer, après que l'eau avait été agitée, se trouvait guéri, quel que fût son mal.

5. Il y avait là un homme qui était infirme depuis trente-huit ans.

6. Jésus, le voyant étendu et apprenant qu'il était dans cet état depuis longtemps déjà, lui dit : « Veux-tu guérir ? »

7. L'infirme lui répondit : « Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine, quand l'eau vient à être agitée ; et, le temps que j'y aille, un autre descend avant moi. »

8. Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton grabat et marche. »

9. Et aussitôt l'homme fut guéri ; il prit son grabat et il marchait. Or c'était le sabbat, ce jour-là.

10. Les Juifs dirent donc à celui qui venait d'être guéri : « C'est le sabbat. Il ne t'est pas permis de porter ton grabat. »

11. Il leur répondit : « Celui qui m'a guéri m'a dit : Prends ton grabat et marche. »

12. Ils lui demandèrent : « Quel est l'homme qui t'a dit : Prends ton grabat et marche ? »13. Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; Jésus en effet avait disparu, car il y avait foule en ce lieu.

14. Après cela, Jésus le rencontre dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive pire encore. »

15. L'homme s'en fut révéler aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri. 

 

 

 

 

 

 


Les patriarches de Syrie condamnent la récente attaque à Damas

 

COMMUNIQUE
– Veuillez trouver, ci-dessous, le communiqué des 
Patriarches d’Antioche et de tout l’Est pour les grecs-orthodoxes, 
les syriaques-orthodoxes et les grecs melkites catholiques, dans lequel 
ils condamnent la récente attaque des Etats-Unis, de la France et du 
Royaume-Uni, en Syrie.

Déclaration conjointe des patriarcats grec-orthodoxe, syriaque-orthodoxe et grec-melkite catholique d’Antioche et tout l’Orient.

Damas, le 14 avril 2018

« Dieu est avec nous ; écoutez toutes les nations et soumettez-vous ! ».

Nous,
les patriarches Jean X, patriarche grec-orthodoxe d’Antioche et tout 
l’Orient, Ignace Ephrem II, patriarche syriaque-orthodoxe d’Antioche et 
tout l’Orient, et Joseph Ier Absi, patriarche grec-melkite catholique 
d’Antioche, d’Alexandrie et de Jérusalem, condamnons et dénonçons 
l’agression brutale qui a eu lieu ce matin contre la Syrie, notre pays 
si cher, par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, selon les 
allégations de recours aux armes chimiques par le gouvernement syrien.

Nous élevons nos voix pour affirmer ce qui suit :

1.
Cette agression brutale constitue une violation manifeste des lois 
internationales et de la charte des Nations unies, car il s’agit d’une 
agression injustifiée contre un pays souverain, membre de l’ONU.

2.
Nous souffrons de constater que ces bombardements aient été perpétrés 
par de puissants pays auxquels la Syrie n’a causé aucun préjudice 
d’aucune sorte.

3.
Les allégations des États-Unis et d’autres pays selon lesquelles 
l’armée syrienne utilise des armes chimiques et que la Syrie est un pays
qui possède et utilise ce type d’arme, sont injustifiées et non étayées
par des preuves suffisantes et claires.

4.
Le calendrier de cette agression injustifiée contre la Syrie sape le 
travail de la Commission d’enquête internationale indépendante, sur le 
point de se rendre en Syrie.

5.
Cette agression brutale détruit les chances d’une solution politique 
pacifique et entraîne une escalade de la violence et davantage de 
complications.

6. Cette agression injuste encourage les organisations terroristes et leur donne un élan pour poursuivre leurs actes barbares.

7.
Nous demandons au Conseil de sécurité de l’organisation des Nations 
unies de jouer son rôle en apportant la paix au lieu de contribuer à 
l’escalade des guerres.

8.
Nous appelons toutes les Églises des pays qui ont participé aux 
frappes, à remplir leurs devoirs chrétiens, selon les enseignements de 
l’Évangile, à condamner cette agression et à appeler leurs gouvernements
à s’engager dans la protection de la paix internationale.

9.
Nous saluons le courage, l’héroïsme et les sacrifices de l’Armée arabe 
syrienne qui protège courageusement la Syrie et assure la sécurité de 
son peuple. Nous prions pour les âmes des martyrs et la guérison des 
blessés. Nous sommes convaincus que l’armée ne s’inclinera pas devant 
les agressions terroristes externes ou internes ; elle continuera à 
lutter courageusement contre le terrorisme jusqu’à ce que chaque 
centimètre de la terre syrienne soit purifié du terrorisme. Nous saluons
également la position courageuse des pays alliés de la Syrie et de son 
peuple.

 

Nous
offrons nos prières pour la sécurité, la victoire et la libération de 
la Syrie de toutes sortes de guerres et de terrorisme. Nous prions 
également pour la paix en Syrie et dans le monde entier, et appelons à 
renforcer les efforts de réconciliation nationale dans le souci de 
protéger le pays et de préserver la dignité de tous les Syriens.