CHAPITRES 8 et 9

LES SEPT TROMPETTES

Le septième sceau n’est pas encore ouvert. Nous avons vu comment les foules entrent dans l’histoire sainte. Mais ici c’est le silence, silence qui recouvre probablement bien des siècles. Les chapitres 8 et 9 font états des épreuves qui vont s’abattre sur l’humanité avant le jugement. C’est au chapitre 10 que Saint Jean fera part d’une nouvelle vision : la venue du Christ et la lutte contre les puissances infernales : Satan contre l’Eglise.

Les anges qui vont sonner la trompette vont déclencher sur la terre des fléaux naturels, forces de la nature qui se retournent contre les pécheurs :

 

Sagesse 5 

20. de sa colère inexorable il fera une épée tranchante, et l'univers ira au combat avec lui contre les insensés.

21. Traits bien dirigés, les éclairs jailliront, et des nuages, comme d'un arc bien bandé, voleront vers le but;

22. une baliste lancera des grêlons chargés de courroux, les flots de la mer contre eux feront rage, les fleuves les submergeront sans merci,

23. un souffle puissant se lèvera contre eux et les vannera comme un ouragan. Ainsi l'iniquité dévastera la terre entière et la malfaisance renversera des trônes de puissants.

 

 

 

C’est l’œuvre des quatre premières trompettes. Quant à la cinquième elle annonce de terribles conflits et, entre autre, les sauterelles qui s’abattent sur l’humanité ont pour nom Perdition. La sixième trompette lâche les quatre anges retenus sur les cornes (aux quatre coins) de l’autel de l’encens dressé devant Dieu. Ils ont pour mission de faire périr un tiers de l’humanité. Malgré tout cela, les survivants vont continuer à être idolâtres. 

CHAPITRE 10

LES PAROLES DES PROPHETES SONT ACCOMPLIES

 

La septième trompette n’a pas retenti. Un ange formidable descend du ciel et se tient un pied sur la mer et un pied sur le continent. Il pousse un cri terrible qui déclenche sept tonnerres qui sont sept paroles. Mais l’ange ordonne à Saint Jean de garder secrètes ces paroles. Sont-elles l’annonce que le Verbe de Dieu s’est fait chair ?

 

Dit autrement, le petit livre que mange Saint Jean est bien l’Evangile qui sera prochainement annoncé.

Apocalypse 10 

1. Je vis ensuite un autre Ange puissant, descendre du ciel enveloppé d'une nuée, un arc-en-ciel au-dessus de la tête, le visage comme le soleil et les jambes comme des colonnes de feu.

2. Il tenait en sa main un petit livre ouvert. Il posa le pied droit sur la mer, le gauche sur la terre,

3. et il poussa une puissante clameur pareille au rugissement du lion. Après quoi, les sept tonnerres firent retentir leurs voix.

4. Quand les sept tonnerres eurent parlé, j'allais écrire mais j'entendis du ciel une voix me dire : « Tiens secrètes les paroles des sept tonnerres et ne les écris pas. »

5. Alors l'Ange que j'avais vu, debout sur la mer et la terre, leva la main droite au ciel

6. et jura par Celui qui vit dans les siècles des siècles, qui créa le ciel et tout ce qu'il contient, la terre et tout ce qu'elle contient, la mer et tout ce qu'elle contient : « Plus de délai !

7. Mais aux jours où l'on entendra le septième Ange, quand il sonnera de la trompette, alors sera consommé le mystère de Dieu, selon la bonne nouvelle qu'il en a donnée à ses serviteurs les prophètes. »

8. Puis la voix du ciel, que j'avais entendue, me parla de nouveau : « Va prendre le petit livre ouvert dans la main de l'Ange debout sur la mer et sur la terre. »

9. Je m'en fus alors prier l'Ange de me donner le petit livre ; et lui me dit : « Tiens, mange-le ; il te remplira les entrailles d'amertume, mais en ta bouche il aura la douceur du miel. »

10. Je pris le petit livre de la main de l'Ange et l'avalai ; dans ma bouche, il avait la douceur du miel, mais quand je l'eus mangé, il remplit mes entrailles d'amertume.

 

11. Alors on me dit : « Il te faut de nouveau prophétiser contre une foule de peuples, de nations, de langues et de rois. »


CHAPITRE 11

LES DEUX TEMOINS

 

Nous sommes au temps du début de la proclamation de l’Evangile, temps de l’apostolat chrétiens avec ses martyrs et sa récompense. Les vrais adorateurs de Dieu sont invités « à faire l’inventaire du Temple de Dieu et de l’autel ». Les autres, les païens, et surtout les romains, restent à l’extérieur (la cours) et vont piétiner cette cour extérieure qui représente ceux du peuple d’Israël qui ne sont pas rentrés dans l’Eglise.

La question du temps (jours, années, mois) doit se fonder sur l’année juive de 360 jours, et de constater que 1260 jours (= 30 jours x 12 mois x 3.5 ans). Mais peut-on donner à ces nombres leur sens initial ? Jésus fait lui-même référence au livre 1 des Rois lors de la venue d’Elie, le plus grand des prophètes :

« Assurément, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Élie, lorsque le ciel fut fermé pour trois ans et six mois, quand survint une grande famine sur tout le pays (Luc 25,1)

La référence à 42 mois est du même ordre, 42=12x3.5, donc 12 mois par 3 ans ½.

Cette durée est symbolique et caractérise le temps depuis l’Ascension de Jésus jusqu’à son retour. Les deux témoins représentent ici les apôtres de tous les temps, et le fait qu’ils soient deux a plusieurs sens : le Christ envoya ses disciples deux par deux, et les deux plus grands, Pierre et Paul, ont été tués dans la Grande Ville, Rome. Mais il est aussi fait état de Jérusalem. Notons que si Pierre et Paul furent tués à Rome, Etienne et Jacques l’ont été par des Juifs (symboliquement Jérusalem).

Donc il s’agit bien de tous ceux qui proclament l’Evangile de part le temps et l’espace.

Ici se termine la première partie de ce Livre.

 

Apocalypse 11 

1. Puis on me donna un roseau, une sorte de baguette, en me disant : « Lève-toi pour mesurer le Temple de Dieu, l'autel et les adorateurs qui s'y trouvent ;

2. quant au parvis extérieur du Temple, laisse-le, ne le mesure pas, car on l'a donné aux païens : ils fouleront la Ville Sainte durant quarante-deux mois.

3. Mais je donnerai à mes deux témoins de prophétiser pendant mille deux cent soixante jours, revêtus de sacs. »

4. Ce sont les deux oliviers et les deux flambeaux qui se tiennent devant le Maître de la terre.

5. Si l'on s'avisait de les malmener, un feu jaillirait de leur bouche pour dévorer leurs ennemis ; oui, qui s'aviserait de les malmener, c'est ainsi qu'il lui faudrait périr.

6. Ils ont pouvoir de clore le ciel afin que nulle pluie ne tombe durant le temps de leur mission ; ils ont aussi pouvoir sur les eaux, de les changer en sang, et pouvoir de frapper la terre de mille fléaux, aussi souvent qu'ils le voudront.

7. Mais quand ils auront fini de rendre témoignage, la Bête qui surgit de l'Abîme viendra guerroyer contre eux, les vaincre et les tuer.

8. Et leurs cadavres, sur la place de la Grande Cité, Sodome ou Égypte comme on l'appelle symboliquement, là où leur Seigneur aussi fut crucifié,

9. leurs cadavres demeurent exposés aux regards des peuples, des races, des langues et des nations, durant trois jours et demi, sans qu'il soit permis de les mettre au tombeau.

10. Les habitants de la terre s'en réjouissent et s'en félicitent ; ils échangent des présents, car ces deux prophètes leur avaient causé bien des tourments.

11. Mais, passé les trois jours et demi, Dieu leur infusa un souffle de vie qui les remit sur pieds, au grand effroi de ceux qui les regardaient.

12. J'entendis alors une voix puissante leur crier du ciel : « Montez ici ! » Ils montèrent donc au ciel dans la nuée, aux yeux de leurs ennemis.

13. A cette heure-là, il se fit un violent tremblement de terre, et le dixième de la ville croula, et dans le cataclysme périrent sept mille personnes. Les survivants, saisis d'effroi, rendirent gloire au Dieu du ciel.

14. Le deuxième » Malheur » a passé, voici que le troisième accourt !

15. Et le septième Ange sonna... Alors, au ciel, des voix clamèrent : « La royauté du monde est acquise à notre Seigneur ainsi qu'à son Christ ; il régnera dans les siècles des siècles. »

16. Et les vingt-quatre Vieillards qui sont assis devant Dieu, sur leurs sièges, se prosternèrent pour adorer Dieu en disant :

17. « Nous te rendons grâce, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, »Il est et Il était», parce que tu as pris en main ton immense puissance pour établir ton règne.

18. Les nations s'étaient mises en fureur ; mais voici ta fureur à toi, et le temps pour les morts d'être jugés ; le temps de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints, et ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et de perdre ceux qui perdent la terre. »

 

19. Alors s'ouvrit le temple de Dieu, dans le ciel et son arche d'alliance apparut, dans le temple ; puis ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres et un tremblement de terre, et la grêle tombait dru...