APOCALYPSE DE SAINT JEAN CHAPITRES 4, 5, 6, 7

CHAPITRE 4

LE TRÔNE DANS LE CIEL

Jean voit désormais, dans cette vision, le Trône de Dieu entouré du signe de l’alliance , l’arc en ciel.

Autour du Trône siègent les 24 vieillards sur 24 trônes. Ils sont vêtus de blanc. Il y a ici un lien avec la Premier Livre des Chroniques et l’organisation du culte :

1 Chroniques 24 

1. Classes des fils d'Aaron : fils d'Aaron : Nadab, Abihu, Éléazar et Itamar.

2. Nadab et Abihu moururent en présence de leur père sans laisser de fils et c'est Éléazar et Itamar qui devinrent prêtres.

3. David les répartit en classes, ainsi que Sadoq, l'un des fils d'Éléazar, et Ahimélek, l'un des fils d'Itamar, et les recensa selon leurs services.

4. Les fils d'Éléazar se trouvèrent avoir plus de chefs de preux que les fils d'Itamar; on forma seize classes avec les chefs de famille des fils d'Éléazar et huit avec les chefs de famille des fils d'Itamar.

5. On les répartit au sort, les uns comme les autres; il y eut des officiers consacrés, des officiers de Dieu, parmi les fils d'Éléazar, comme parmi les fils d'Itamar.

6. L'un des lévites, le scribe Shemaya, fils de Netanéel, les inscrivit en présence du roi, des officiers, du prêtre Sadoq, d'Ahimélek fils d'Ébyatar, des chefs de familles sacerdotales et lévitiques; on tirait une fois au sort pour chaque famille des fils d'Éléazar, toutes les deux fois pour les fils d'Itamar.

 

Ces 24 vieillards sont donc les Anciens. Le bassin devant le Trône de Dieu est comme de verre, miroir de justice, abîme insondable même aux anges. Cette « mer », ce miroir porte le reflet même de Dieu. Il est la Théotokos, qui par son « oui », a accueilli le Verbe en son Incarnation, s’identifiant à ce principe de virginité parfaite qui contient tous les possibles, la volonté de Dieu. Dans le chapitre suivant, l’Agneau apparaitra à cette place. On retrouvera aussi cette mer de crystal comme la Jérusalem Céleste, et dans la Genèse comme les « eaux supérieures » au delà du firmament. On trouvait ce symbole à l’entrée du Temple de Jérusalem en un magnifique bassin rempli d’eau, surnommé « la mer ».marquant désormais l’inutilité des bains rituels, car tous ici sont saints et stables.

Comme déjà signalé, les 7 lampes manifestent la perfection qui caractérise l’action de Dieu dans le monde.

Liturgie : On retrouve ces 7 lampes dans le sanctuaire de nos Eglises ;

Jean voit alors les 4 Êtres Vivants, qui sont décrits une première fois dans la prophétie d’Ezéchiel :

Ézéchiel 1 

1. La trentième année, au quatrième mois, le cinq du mois, alors que je me trouvais parmi les déportés au bord du fleuve Kebar, le ciel s'ouvrit et je fus témoin de visions divines.

2. Le cinq du mois - c'était la cinquième année d'exil du roi Joiakîn -

3. la parole de Yahvé fut adressée au prêtre Ézéchiel, fils de Buzi, au pays des Chaldéens, au bord du fleuve Kebar. C'est là que la main de Yahvé fut sur lui.

4. Je regardai : c'était un vent de tempête soufflant du nord, un gros nuage, un feu jaillissant, avec une lueur autour, et au centre comme l'éclat du vermeil au milieu du feu.

5. Au centre, je discernai quelque chose qui ressemblait à quatre animaux dont voici l'aspect : ils avaient une forme humaine.

6. Ils avaient chacun quatre faces et chacun quatre ailes.

7. Leurs jambes étaient droites et leurs sabots étaient comme des sabots de bœuf, étincelants comme l'éclat de l'airain poli.

8. Sous leurs ailes, il y avait des mains humaines tournées vers les quatre directions, de même que leurs faces et leurs ailes à eux quatre.

9. Leurs ailes étaient jointes l'une à l'autre; ils ne se tournaient pas en marchant : ils allaient chacun devant soi.

10. Quant à la forme de leurs faces, ils avaient une face d'homme, et tous les quatre avaient une face de lion à droite, et tous les quatre avaient une face de taureau à gauche, et tous les quatre avaient une face d'aigle.

11. Leurs ailes étaient déployées vers le haut; chacun avait deux ailes se joignant et deux ailes lui couvrant le corps;

12. et ils allaient chacun devant soi; ils allaient là où l'esprit les poussait, ils ne se tournaient pas en marchant.

13. Au milieu des animaux, il y avait quelque chose comme des charbons ardents ayant l'aspect de torches, allant et venant entre les animaux; le feu jetait une lueur, et du feu sortaient des éclairs.

14. Les animaux allaient et venaient, semblables à l'éclair.

15. Je regardai les animaux; et voici qu'il y avait une roue à terre, à côté des animaux aux quatre faces.

16. L'aspect de ces roues et leur structure avait l'éclat de la chrysolite. Toutes les quatre avaient même forme; quant à leur aspect et leur structure : c'était comme si une roue se trouvait au milieu de l'autre.

17. Elles avançaient dans les quatre directions et ne se tournaient pas en marchant.

18. Leur circonférence était de grande taille et effrayante, et leur circonférence, à toutes les quatre, était pleine de reflets tout autour.

19. Lorsque les animaux avançaient, les roues avançaient à côté d'eux, et lorsque les animaux s'élevaient de terre, les roues s'élevaient.

20. Là où l'esprit les poussait, les roues allaient, et elles s'élevaient également, car l'esprit de l'animal était dans les roues.

21. Quand ils avançaient, elles avançaient, quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient, et quand ils s'élevaient de terre, les roues s'élevaient également, car l'esprit de l'animal était dans les roues.

22. Il y avait sur les têtes de l'animal quelque chose qui ressemblait à une voûte, éclatante comme le cristal, tendue sur leurs têtes, au-dessus,

23. et sous la voûte, leurs ailes étaient dressées l'une vers l'autre; chacun en avait deux lui couvrant le corps.

24. Et j'entendis le bruit de leurs ailes, comme un bruit d'eaux abondantes, comme la voix de Shaddaï; lorsqu'ils marchaient, c'était un bruit de tempête, comme un bruit de camp; lorsqu'ils s'arrêtaient, ils repliaient leurs ailes.

25. Et il se produisit un bruit.

26. Au-dessus de la voûte qui était sur leurs têtes, il y avait quelque chose qui avait l'aspect d'une pierre de saphir en forme de trône, et sur cette forme de trône, dessus, tout en haut, un être ayant apparence humaine.

27. Et je vis comme l'éclat du vermeil, quelque chose comme du feu près de lui, tout autour, depuis ce qui paraissait être ses reins et au-dessus; et depuis ce qui paraissait être ses reins et au-dessous, je vis quelque chose comme du feu et une lueur tout autour;

28. l'aspect de cette lueur, tout autour, était comme l'aspect de l'arc qui apparaît dans les nuages, les jours de pluie. C'était quelque chose qui ressemblait à la gloire de Yahvé. Je regardai, et je tombai la face contre terre; et j'entendis la voix de quelqu'un qui me parlait.

Ces quatre Vivants sont quatre aspects de Dieu perceptibles à l’homme. Ils ont désigné aussi les Evangélistes. Matthieu avec un visage d’homme, Luc avec celui du taureau, Marc avec le lion et Jean avec l’aigle. Le lion représente la force royale. Le taureau représente la fécondité de la justice parfaite. L’homme, celui qui gouverne le cosmos, la tempérance et l’aigle, capable de regarder le soleil en face, c’est la prudence avisée et clairvoyante. Ainsi est présentée une réalité divine dans son aspect créateur.

 

Il est aussi question des Chérubins et de leurs ailes. Dans Exode 25,18-20

Exode 25 

18. Tu feras deux chérubins d'or repoussé, tu les feras aux deux extrémités du propitiatoire.

19. Fais l'un des chérubins à une extrémité et l'autre chérubin à l'autre extrémité : tu feras les chérubins faisant corps avec le propitiatoire, à ses deux extrémités.

20. Les chérubins auront les ailes déployées vers le haut et protégeront le propitiatoire de leurs ailes en se faisant face. Les faces des chérubins seront tournées vers le propitiatoire.

Ils ont deux ailes. Chez Ezéchiel ils ont quatre ailes, deux pour voler et deux pour se couvrir ; le fait d’être « plein d’yeux » manifeste leur capacité à regarder constamment le centre du mystère divin et de répandre les énergies de Dieu dans tout l’univers. Enfin, chez Isaïe, ils en ont six :

Ésaïe 6 

2. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui, ayant chacun six ailes, deux pour se couvrir la face, deux pour se couvrir les pieds, deux pour voler.

Et se crient l’un à l’autre Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu.

Liturgie : lors de la préparation des Saints Dons, le prêtre recouvre la patène avec l’astérisque en disant : « Et l’étoile s’arrêta au-dessus de l’enfant ». Il comporte quatre branches. Au début du canon eucharistique, le prêtre dit ceci :

«  Nous te rendons grâce aussi pour cette liturgie que tu as daigné recevoir de nos mains, bien que t’assistent des milliers d’archanges, myriades d’anges , les Chrubins et les Séraphins aux six ailes, aux yeux innombrables, chantant, clamant, criant l’hymne de victoire et disant : Saint, Saint, Saint, …. »

 

L’astérisque représente ici les quatre vivants autour de l’Agneau, image du Ciel.

CHAPITRE 5

L’ENTREE DE L’AGNEAU

La vision de Saint Jean est désormais fixée sur deux choses nouvelles : le livre scellé et l’Agneau. Qui peut ouvrir ce Livre ? Pour les Juifs de l’époque de Saint Jean, nous sommes 20 ans après la destruction de la nation juive. Le Livre est évidemment l’Ancien Testament. Mais ce Livre est aussi pour tous car il y est raconté la préparation et l’accomplissement du salut des hommes. Seulement, ce texte est comme codé, ce qu'indique le sceau. Les desseins de Dieu restent insondables. Mais un seul peut ouvrir ce sceau, Celui qui avait était crucifié pour nous, ressuscitant d’entre les morts. Saint Jean le voit ici ressuscité, mais marqué à jamais par son sacrifice pour nous, « agneau debout, qui semblait avoir était égorgé ». Les 7 cornes sont la plénitude de la puissance donnée de Dieu sur la terre et les sept yeux les sept esprits de Dieu de la connaissance que seul le Christ ressuscité possède.

Alors les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens entament un hymne de louange à Celui qui maintenant peut lire le Livre de l’histoire et de la destinée de l’Homme. Alors l’Agneau, le Christ, après avoir été rejeté par Israël, peuple de prêtres, forme son propre peuple, l’Eglise :

1 Pierre 2 

9. Mais vous, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, pour proclamer les louanges de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,

Le trône est le lieu du jugement et du pouvoir absolu dans la Bible. Le Tout-Puissant à l’éclat de la première et la dernière des douze pierres précieuses du pectoral du grand-prêtre :

 

Exode 28 

15. « Tu feras le pectoral du jugement brodé comme l'éphod - tu le feras d'or, de pourpre violette et écarlate, de cramoisi et de fin lin retors.

 

Le jaspe est vert sombre et la sardoine rouge, qui sont des couleurs complémentaires. On a ici selon la symbolique hébraïque, le vert profond, profondeur insondable de la vérité et le rouge, la puissance invincible de l’amour. Pour l’homme, cela se traduit par la justice et la miséricorde. Quant à l’arc en ciel couleur émeraude, il traduit le jaillissement de la Vie.

Les vingt-quatre Anciens font référence, selon les paroles même de Jésus, aux douze tribus d’Israël et aux douze apôtres :

Matthieu 19,28

 

« En vérité, en vérité, je vous le dis à vous qui m’avez suivis : lorsque viendra le monde nouveau et que le Fils de l’Homme siègera sur son trône de gloire, vous aussi vous siégerez sur douze trônes pour gouverner les douze tribus d’Israël. »

Apocalypse 4 

1. J'eus ensuite une vision. Voici, une porte était ouverte au ciel, et la voix que j'avais naguère entendue me parler comme une trompette me dit : Monte ici, que je te montre ce qui doit arriver par la suite.

2. A l'instant, je tombai en extase. Voici, un trône était dressé dans le ciel, et, siégeant sur le trône, Quelqu'un...

3. Celui qui siège est comme une vision de jaspe et de cornaline ; un arc-en-ciel autour du trône est comme une vision d'émeraude.

4. Vingt-quatre sièges entourent le trône, sur lesquels sont assis vingt-quatre Vieillards vêtus de blanc, avec des couronnes d'or sur leurs têtes.

5. Du trône partent des éclairs, des voix et des tonnerres, et sept lampes de feu brûlent devant lui, les sept Esprits de Dieu.

6. Devant le trône, on dirait une mer, transparente autant que du cristal. Au milieu du trône et autour de lui, se tiennent quatre Vivants, constellés d'yeux par-devant et par-derrière.

7. Le premier Vivant est comme un lion ; le deuxième Vivant est comme un jeune taureau ; le troisième Vivant a comme un visage d'homme ; le quatrième Vivant est comme un aigle en plein vol.

8. Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d'yeux tout autour et en dedans. Ils ne cessent de répéter jour et nuit : « Saint, Saint, Saint, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, »Il était, Il est et Il vient». »

9. Et chaque fois que les Vivants offrent gloire, honneur et action de grâces à Celui qui siège sur le trône et qui vit dans les siècles des siècles,

10. les vingt-quatre Vieillards se prosternent devant Celui qui siège sur le trône pour adorer Celui qui vit dans les siècles des siècles ; ils lancent leurs couronnes devant le trône en disant :

11. « Tu es digne, ô notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance, car c'est toi qui créas l'univers ; par ta volonté, il n'était pas et fut créé. »

 Apocalypse 5 

 

1. Et je vis dans la main droite de Celui qui siège sur le trône un livre roulé, écrit au recto et au verso, et scellé de sept sceaux.

 

2. Et je vis un Ange puissant proclamant à pleine voix : « Qui est digne d'ouvrir le livre et d'en briser les sceaux ? »

 

3. Mais nul n'était capable, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, d'ouvrir le livre et de le lire.

 

4. Et je pleurais fort de ce que nul ne s'était trouvé digne d'ouvrir le livre et de le lire.

 

5. L'un des Vieillards me dit alors : « Ne pleure pas. Voici : il a remporté la victoire, le Lion de la tribu de Juda, le Rejeton de David ; il ouvrira donc le livre aux sept sceaux. »

 

6. Alors je vis, debout entre le trône aux quatre Vivants et les Vieillards, un Agneau, comme égorgé, portant sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu en mission par toute la terre.

 

7. Il s'en vint prendre le livre dans la main droite de Celui qui siège sur le trône.

 

8. Quand il l'eut pris, les quatre Vivants et les vingt-quatre Vieillards se prosternèrent devant l'Agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or pleines de parfums, les prières des saints ;

 

9. ils chantaient un cantique nouveau : « Tu es digne de prendre le livre et d'en ouvrir les sceaux, car tu fus égorgé et tu rachetas pour Dieu, au prix de ton sang, des hommes de toute race, langue, peuple et nation ;

 

10. tu as fait d'eux pour notre Dieu une Royauté de Prêtres régnant sur la terre. »

 

11. Et ma vision se poursuivit. J'entendis la voix d'une multitude d'Anges rassemblés autour du trône, des Vivants et des Vieillards - ils se comptaient par myriades de myriades et par milliers de milliers ! -

 

12. et criant à pleine voix : « Digne est l'Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange. »

 

13. Et toute créature, dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et sur la mer, l'univers entier, je l'entendis s'écrier : « A Celui qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau, la louange, l'honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles ! »

 

14. Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » ; et les Vieillards se prosternèrent pour adorer.

 

 

 

Apocalypse 6 

 

1. Et ma vision se poursuivit. Lorsque l'agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j'entendis le premier des quatre Vivants crier comme d'une voix de tonnerre : « Viens ! »

 

2. Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.

 

3. Lorsqu'il ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le deuxième Vivant crier : « Viens ! »

 

4. Alors surgit un autre cheval, rouge feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l'on s'entr'égorgeât ; on lui donna une grande épée.

 

5. Lorsqu'il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième Vivant crier : « Viens ! » Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance,

 

6. et j'entendis comme une voix, du milieu des quatre Vivants, qui disait : « Un litre de blé pour un denier, trois litres d'orge pour un denier ! Quant à l'huile et au vin, ne les gâche pas ! »

 

7. Lorsqu'il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis le cri du quatrième Vivant : « Viens ! »

 

8. Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme : la Mort ; et l'Hadès le suivait. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l'épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre.

 

9. Lorsqu'il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et le témoignage qu'ils avaient rendu.

 

10. Ils crièrent d'une voix puissante : « Jusques à quand, Maître saint et vrai, tarderas-tu à faire justice, à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? »

 

11. Alors on leur donna à chacun une robe blanche en leur disant de patienter encore un peu, le temps que fussent au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux.

 

12. Et ma vision se poursuivit. Lorsqu'il ouvrit le sixième sceau, alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang,

 

13. et les astres du ciel s'abattirent sur la terre comme les figures avortées que projette un figuier tordu par la tempête,

 

14. et le ciel disparut comme un livre qu'on roule, et les monts et les îles s'arrachèrent de leur place ;

 

15. et les rois de la terre, et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, ils allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes,

 

16. disant aux montagnes et aux rochers : « Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de l'Agneau. »

 

17. Car il est arrivé, le grand Jour de sa colère, et qui donc peut tenir ?

 

 

 

Apocalypse 7 

 

1. Après quoi je vis quatre Anges, debout aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents de la terre pour qu'il ne soufflât point de vent, ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre.

 

2. Puis je vis un autre Ange monter de l'orient, portant le sceau du Dieu vivant ; il cria d'une voix puissante aux quatre Anges auxquels il fut donné de malmener la terre et la mer :

 

3. « Attendez, pour malmener la terre et la mer et les arbres, que nous ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu. »

 

4. Et j'ai appris combien furent alors marqués du sceau : cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d'Israël.

 

5. De la tribu de Juda, douze mille furent marqués ; de la tribu de Ruben, douze mille ; de la tribu de Gad, douze mille ;

 

6. de la tribu d'Aser, douze mille ; de la tribu de Nephtali, douze mille ; de la tribu de Manassé, douze mille ;

 

7. de la tribu de Siméon, douze mille; de la tribu de Lévi, douze mille ; de la tribu d'Issachar, douze mille ;

 

8. de la tribu de Zabulon, douze mille ; de la tribu de Joseph, douze mille ; de la tribu de Benjamin, douze mille furent marqués. Le triomphe des élus au ciel.

 

9. Après quoi, voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue ; debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, de palmes à la main,

 

10. ils crient d'une voix puissante : « Le salut à notre Dieu, qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau ! »

 

11. Et tous les Anges en cercle autour du trône, des Vieillards et des quatre Vivants, se prosternèrent devant le trône, la face contre terre, pour adorer Dieu ;

 

12. ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse, action de grâces, honneur, puissance et force à notre Dieu pour les siècles des siècles ! Amen ! »

 

13. L'un des Vieillards prit alors la parole et me dit : « Ces gens vêtus de robes blanches, qui sont-ils et d'où viennent-ils ? »

 

14. Et moi de répondre : « Monseigneur, c'est toi qui le sais. » Il reprit : « Ce sont ceux qui viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau.

 

15. C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, le servant jour et nuit dans son temple ; et Celui qui siège sur le trône étendra sur eux sa tente.

 

16. Jamais plus ils ne souffriront de la faim ni de la soif ; jamais plus ils ne seront accablés ni par le soleil, ni par aucun vent brûlant.

 

17. Car l'Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur pasteur et les conduira aux sources des eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

 

 

 

 


CHAPITRE 6

LES SEPT SCEAUX

Ici, l’Agneau brise les sceaux, et chacun des Quatre Vivants s’adresse à Saint Jean afin qu’il regarde. Alors sont dévoilées les grandes forces qui animent l’Histoire Sainte dans les temps bibliques, car désormais, l’Ancien Testament est terminé.

Celui qui monte le cheval blanc c’est la parole de Dieu communiquée aux prophètes dans l’Ancien Testament. Le Verbe de Dieu apparaitra plus tard comme le souligne l’emploi du future « il part déjà vainqueur et il aura la victoire ». (voir plus loin chapitre 19)

Les trois autres sceaux sont la guerre, la famine et la peste qui s’abattent sur l’humanité pécheresse lui faisant sentir la nécessité du Salut.

Le cinquième sceau figure les martyrs d’avant le Christ, qui partagent sa victoire (le vêtement blanc) et réclament la justice, eux qui ont versé leur sang. Cependant, d’autres martyrs sont attendus, ceux du Christ :

Matthieu 23 ,35

« A la fin, c’est tout le sang innocent répandu sur cette terre qui retombera sur vous, depuis le sang d’Abel, le juste, jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le sanctuaire et l’autel. »

 

Enfin le sixième sceau représente les fléaux qui ont été annoncé par les prophètes pour le Jour du Seigneur et par Jésus lui-même (Marc 13, 14 ss), dont la destruction du Temple est la première marque.

CHAPITRE 7

LES 144 000

Les quatre anges ici protègent et gouvernent l’univers visible, symbolisé par ses quatre points cardinaux et ses quatre vents. Leur action se porte sur la terre, la mer et les airs. Or un cinquième ange s’élève au-dessus des quatre précédents, étant d’une nature supérieure, et tenant le sceau de Dieu. Il apparaît du côté du soleil levant. Il représente le Christ-Sauveur, comme le désigne Saint Luc :

« soleil levant qui vient nous visiter pour illuminer ceux qui demeurent dans les ténèbres et l’ombre de la mort » (Luc, 1, 78-79)

C’est par sa venue que le Christ retient le châtiment et vient marquer de son sceau les serviteurs de Dieu, le signe qui fait d’eux des fils, l’Esprit Saint. Sa venue retarde le châtiment, donne un temps de grâce, le temps de l’Eglise.

Quant aux 144 000 marqués du sceau, il s’agit non d’un nombre quantitatif mais qualitatif, qui est le peuple de ceux, qui tout au long de l’histoire, sont sauvés par le Christ. Ce nombre signifiait déjà la multitude dans la symbolique de l’Ancienne Egypte. La symbolique des nombres donne quelques explications. 12=4x3, avec 3 pour le monde céleste et 4 pour le monde terrestre. 12 est le symbole du ciel agissant sur la terre (12 apôtres par exemple) et 7 (4+3) le ciel et la terre. Ainsi 144=12x12x12 soit la plénitude l’œuvre divine qui sauve et sanctifie l’univers. 5 est le chiffre qui symbolise l’homme. 2x5=10 est l’Homme réunifié dans sa dualité (bien-mal, vrai-faux, homme-femme) et tendu désormais vers Dieu. 1000=10x10x10 soit la plénitude de l’Homme corps-âme-esprit.

 

Ainsi Saint Jean cette multitude debout, donc ressuscité, en présence de Dieu, vêtus de leurs bonnes actions et lavés dans le sang du Christ. Ils tiennent la palme de la victoire à la main