Le quatrième cavalier de l'Apocalypse - Tapisserie Angers
Le quatrième cavalier de l'Apocalypse - Tapisserie Angers

BILLET D'HUMEUR

Très chers frères et sœurs,

Le silence, à ce jour, des autorités orthodoxes en France sur le Loi de Bioéthique votée en catimini le 31juillet 2020 dans le cadre de la révision prévue dans un délai de 7 ans par rapport à la Loi précédente est assourdissant.

Tout est possible désormais : la Procréation Médicalement Assistée (PMA) est ouverte aux couples de femmes et aux femmes seules ; les manipulations (et éliminations) des fœtus est possible (les surnuméraires…) ; bien que voté « à la marge », l’Interruption Médicale de Grossesse (IMG) pourra intervenir jusqu’au 9° mois pour différents motifs, dont l’interruption volontaire partielle pour une grossesse multiple (jumeaux, triplés, déficients, …), mais aussi en cas de « fragilité psychologique » de la mère. La question de l’IMG, donc, semble n'être qu'une simple formalité, alors qu’elle confirme les tendances eugénistes d’une société qui oublie d’être avant tout humaine.

On voit poindre, sous couvert « d’évolution » de la société, la possibilité de tout faire, y compris d’implanter des cellules humaines sur l’embryon animal, afin de développer par exemple des organes humains pour les greffes. L’inverse est, pour l’instant interdit.

La société (principalement occidentale) va désormais vers une rupture totale entre le couple traditionnel et l’enfant, sans oublier l’aspect eugéniste. On voit se dessiner à travers ces manipulations, y compris la volonté d’imposer des vaccins, une volonté je dirais « occulte » d’asservir le vivant à la toute puissance de quelques uns, qui détiennent la « science » et l’argent. L’IVG avait été instaurée pour aider les femmes en détresse, et seulement cela. On a vu son extension au « confort », avec aujourd’hui en France 210 000 IVG par an. Il en sera de même pour la PMA qui ouvrira évidemment la porte à la GPA. Nous avons une société schizophrène qui, d’un côté, transgresse toutes les lois naturelles pour avoir des enfants entre femmes, entre hommes, etc… et de l’autre met en place tout ce qu’il faut pour les supprimer. Sans parler de l’eugénisme sournoisement appliqué lors de la crise due au covid19 dans nos EPHAD, par impossibilité d’appliquer des soins.

Nous sommes face à une volonté (diabolique) de destruction de la race humaine au profit de quelques uns, qui amassent des fortunes (GAFAM) pour réaliser des projets destinés à LES protéger face à ce qu’ils estiment être une surpopulation mondiale, un épuisement – au quel ils participent grandement – des ressources, à un possible changement climatique. On revient aux thèses malthusiennes, qui ressemblent ici de plus en plus à un instinct de mort. Claude Lévi-Strauss dans « Race et Culture » voyait dans l’IVG une pratique salutaire. Pasolini dans « Ecrits corsaires » déclarait « procréer est un délit écologique ». L’Occident développe de plus en plus de thèses et de mouvements destinés à ne plus faire d’enfants, sans parler des écologistes radicaux qui promeuvent (voir les Guidestones de l’Etat de Géorgie aux USA) la disparition programmée de 90% de la population mondiale. Devant les défis énormes du XXI siècle, pour ces personnes, il ne s’agit plus de changer la vie mais d’y renoncer (pour les autres).

Ainsi en arrive-t-on au projet mondialiste dont Jacques Attali, mondialiste convaincu dit « faire de ce monde une terre promise » (dans « l’Homme nomade ») et pour y arriver il faut « broyer, concasser, dissoudre toutes les résistances nationales et les identités ethniques ou religieuses » (Hervé Ryssen) ce que nous voyons à l’œuvre dans l’Europe actuelle. Le philosophe juif Emmanuel Levinas parlait en 1977 de la « nécessité d’un Occident planétaire pour la venue du Messie ». Mais de quel Messie s’agit-il ? Celui qu’attend Israël et dont Jérusalem serait la capitale de ce monde uniforme, ou l’ennemi, mes amis, est évidemment le Christ. Ainsi, chers frères et sœurs en Christ, voyons-nous celui qui est à l’œuvre, le Prince de ce Monde, l’ennemi de Dieu et du genre humain, la Satan et, nommons-le de son nom, l’Antichrist. Mais n’ayons pas peur. Jésus nous a prévenu, Son Royaume n’est pas de ce monde, et dans l’attente de Son glorieux second avènement, continuons de prier pour la sauvegarde de ceux qui sont de bonne volonté.

Archiprêtre Philippe Maillard

Recteur

 

 

5 Yahvé vit que la méchanceté de l'homme était grande sur la terre et que son cœur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journée.
6 Yahvé se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre et il s'affligea dans son cœur.
7 Et Yahvé dit : Je vais effacer de la surface du sol les hommes que j'ai créés - et avec les hommes, les bestiaux, les bestioles et les oiseaux du ciel -, car je me repens de les avoir faits.
8 Mais Noé avait trouvé grâce aux yeux de Yahvé.