UNE APPROCHE DE L’APOCALYPSE DE SAINT JEAN LE THEOLOGIEN

 

Avant d’aborder ce Livre, il est intéressant de voir ce qui se passe après les évènements relatés par les Evangiles.

Pierre, et les autres apôtres, restèrent d’abord à Jérusalem avant d’être dispersés par les persécutions dont Saint Etienne fut victime

                        Actes 8   

1. Saul, lui, approuvait ce meurtre. En ce jour-là, une violente persécution se déchaîna contre l'Église de Jérusalem. Tous, à l'exception des apôtres, se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie.

 

 

Leur mission est le rassemblement en assemblée (ce terme qui donnera « église » est celui utilisé dans l’Apocalypse) des brebis perdues de la Maison d’Israël.

Quant à Saint Paul, serviteur de l’Evangile, il pose les fondements en architecte.

 

1 Corinthiens 3  

10. Selon la grâce de Dieu qui m'a été accordée, tel un bon architecte, j'ai posé le fondement. Un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il y bâtit.

11. De fondement, en effet, nul n'en peut poser d'autre que celui qui s'y trouve, c'est-à-dire Jésus Christ.

12. Que si sur ce fondement on bâtit avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille,

13. l'œuvre de chacun deviendra manifeste ; le Jour, en effet, la fera connaître, car il doit se révéler dans le feu, et c'est ce feu qui éprouvera la qualité de l'œuvre de chacun.

14. Si l'œuvre bâtie sur le fondement subsiste, l'ouvrier recevra une récompense ;

15. si son œuvre est consumée, il en subira la perte ; quant à lui, il sera sauvé, mais comme à travers le feu.

 

 

Jean s’attache à présenter la Parole faite chair, manifestant le Père et la vie éternelle descendue sur terre. Jean dévoile peu à peu les continuations des voies de Dieu envers la Terre.

Il est important de signaler ici que l’assemblée juive formée à la Pentecôte prend fin avec la destruction du Temple en 70. La rupture entre judaïsme et christianisme est consommée comme le dit, avec son style remarquable Paul dans Hébreux 13 :

 

                        10.       Nous avons un autel dont les desservants de la Tente n'ont pas le droit de se nourrir.

                        11.       Ces animaux, en effet, dont le grand prêtre porte le sang dans le sanctuaire pour l'expiation du péché, leurs corps sont brûlés en dehors du camp.

                        12.       C'est pourquoi Jésus lui aussi, pour sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.

                        13.       Par conséquent, pour aller à lui sortons en dehors du camp, en portant son opprobre.

                        14.       Car nous n'avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous recherchons celle de l'avenir.

                        15.       Par lui, offrons à Dieu un sacrifice de louange en tout temps, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom.

 

 

Mais le même Paul constatera avec amertume que les assemblées chrétiennes sont elles aussi soumises à un certain opprobre :

Philippiens 2  

21. tous recherchent leurs propres intérêts, non ceux de Jésus Christ.